15 NOVEMBRE 2008




 Visit the website of our partner...


A - Navire & Intervenants

Vessel & Interveners

1 - Numéro IMO : 9384198 2 - Nom du navire : SIRIUS STAR
3 - Signal d'appel : A8NA7 4 - Tonnage brut : 162 252
5 - Type de navire : Tanker 6 -Année de construction : 2008
7 - Pavillon : Libéria 8 -Statut du navire : Arraisonné par des pirates au large du Kenya / Somalie
9 - Armateur déclaré : VELA INTERNATIONAL MARINE LTD 10 - Adresse : Sheikh Zayed Road, Dubai United Arab Emirates
11 - Ship Manager : VELA INTERNATIONAL MARINE LTD 12 - Adresse : Sheikh Zayed Road, Dubai United Arab Emirates
13 - Société de Classification : LLoyd's Register of Shipping 14 - P&I Britannia Steamship insurance Association Ld
15 - Affrèteur :   16 - Sauveteurs :  
17 - Apériteur Corps :   18 - Avocat Apériteur Corps :  
19 - Assureur Facultés :   20 - Avocat Assureurs Facultés :  

Les informations 1 à 14 sont extraites de la base de données Equasis. Elles sont à jour à la date de l’avarie objet de ce document. Les informations 15 à 20 sont extraites de sites internet en accès libre.

Information 1 to 14 are extracted from the database Equasis. Information are updated at the date of the casualty. Information from 15 to 20 were found on public websites


B - Résumé du Sinistre

Summary of the casualty


Le 15 novembre, alors qu'il se situait à plus de 450 miles des côtes du Kenya et de la Somalie, le Tanker SIRIUS STAR a été arraisonné par des pirates somaliens qui ont emmené le navire dans les eaux territoriales somaliennes et réclamé plus de 25 millions de dollars pour libérer le navire, chargé de plus de 2 000 000 de barils de pétroles, soit USD 100 000 000 (baril à USD 50).

Pour mémoire, le baril de pétrole, en juillet 2008, était à USD 145, ce qui aurait porté la valeur de la cargaison à USD 290 000 000....sans compter la valeur du navire.

Après deux mois de tractations, le navire et son équipage ont été libérés contre une rançon estimée à USD 3 000 000. Six pirates sont morts noyés lors de l'opération de remise de la rançon.


C - Lieu du Sinistre

Location of the casualty


Agrandir le plan


D - Au fil des jours

Day to day


Mail Online : I thought I was going to be executed, says Briton taken hostage by Somali pirates on oil supertanker -  25th January 2009 :


A Briton taken hostage on an oil supertanker relived his 57-day ordeal at the hands of Somali pirates last night - and spoke of the moment he feared he would be executed. Chief engineer Peter French, 45, and the 25-man crew of the Sirius Star - the largest ship ever to be hijacked - were rounded up by gunmen who had already warned them: 'If they try to rescue you we will shoot you all.'  He recalls: 'They saw flashing lights in the distance and thought it was special forces coming to storm the ship.

'They were running around shouting and screaming and waving AK47 rifles around. What they saw was from a lighthouse - but it took the captain ages to convince them. We were frightened.'  Crew member Peter French was convinced the heavily armed pirates were going to kill him.

Speaking exclusively to The Mail on Sunday, Peter, now home with his wife Hazel, 42, in County Durham, recalled that his 18-year-old daughter Amy sent him a text the night before the ship was hijacked saying: 'Watch out for pirates, Dad!'

He said: 'I responded, saying that we were in safe waters, which I thought was the case. Unbeknown to me we were probably being watched at that very moment.'  The ship was stormed by eight pirates on November 15 last year. Peter and James Grady, the Second Officer, were the only British crew members. The 1,080ft Saudi vessel, worth £100million, was on its way to the Caribbean with two million barrels of oil bound for the United States.

They were only released after bosses at Peter's Saudi company, Aramco, paid a £2million ransom, which was dropped into the sea by an aircraft. The ship was 450 miles south east of Kenya when the pirates struck. Peter recalls the day began as normal with a briefing for the five senior officers, led by a Polish captain, Marek Niski. Everyone remarked on the 'exceptionally beautiful day, no wind and the sea like a millpond'.  

Terror: Peter French, pictured here with his wife Hazel, thought pirates were going to execute him as they stormed the Sirius Star oil tanker Suddenly they were interrupted by a phone call from the Third Mate, who said: 'Captain, there appears to be something following us.' Two small dinghies were visible in the distance, closing fast. At first the crew were not sure if they were fishermen, but it became quickly apparent that they were being shadowed.  'It was obvious we were being menaced by pirates and I went down to the engine room to increase speed while Marek ordered the Filipino crew to man the fire hoses. Jets of water were our only defence. 'Very quickly a speedboat came alongside and the pirates flung a long ladder with a hook over the guard rail. The lower deck was around 12ft off sea level. They shimmied up the ladder and on to the deck, they were armed with AK47s and rocket propelled grenades. 'Marek had already stood down the crew members with the fire hoses. After all what can a water hose do against a rifle?  'I was in the engine room and gathered the boys together. We shut all the doors.  'I was still in contact with the captain who told me, "Peter, we have armed men on deck". Everyone kept calm but we were obviously nervous. At sea s*** happens quite a lot and we deal with it - but never quite like this.'  The Liberian-flagged oil tanker MV Sirius Star was loaded with $100 million in crude oil. While Peter was below deck one of the pirates made for the locked bridge and fired a single shot in the air, motioning to the captain to open the door.  He was ordered to stop the ship. 'But Marek kept his cool and told them he couldn't stop the engines immediately, for fear of damage, they would have to slow down gradually. He was slowing down the pirates with his own agenda. He was doing everything they asked but in his own time.  'They looked a motley crew, some wearing trousers and cheap shirts and sandals while others were barefoot in sarongs.

'This wasn't exactly Pirates Of The Caribbean. Most of the time they were high from chewing drugs. This made them docile, which we liked. It was when they ran out that they got excitable.  'They immediately demanded, of all things, safety shoes --because they were worried about their feet on the deck - and they also asked for cigarettes. We gave them Marlboros.'  The crew were ordered to lift the pirates' two boats and fuel barge on to the deck by crane.

Marek had been ordered to turn around and head to Somalia.  'I changed the maximum speed on the ship's telegraph so it looked like we were going full speed ahead, but really we were going much slower. We wanted to arrive in Somalia in daylight.'

 Along with guns and grenades the pirates took goats on board when they hijacked the ship and demanded a ransom. At one stage on the first day the captain was led at gunpoint to his office and ordered to open the safe, which contained £4,000 cash. Later the pirates searched each cabin in turn, surprising the crew with their politeness.  'They said, "Good morning - can we look around" and opened and closed drawers carefully, taking what they wanted. We had already stashed our valuables in the engine room in tool boxes but we left a bit of money and odd things. We decided to let them have something. The whole thing was surreal.' Back home, Hazel had been told by her husband's company that he had been taken hostage.

She recalls: 'I was dumbstruck, it was a heck of a shock and I burst into tears.'  Eight hours later Peter managed to ring her briefly from the ship's phone. 'I knew it was the ship to shore because of the familiar delay. I burst into tears and heard Peter saying, "I'm OK, I'm OK. I love you". I told him don't do anything daft, make sure the boys are OK and take care.'  They would only speak again twice before he was released.

'It got a lot more tense and we didn't get the chance. Our mobiles weren't working. By now we were six miles off the coast of Somalia,' said Peter.  Once anchored, tensions eased marginally and negotiations between the pirates and the shipping company began in earnest.  The crew settled into a daily routine, carrying on as normal in 'true stiff upper lip fashion'. 'We kept our distance from the pirates who would patrol the boat posturing with their guns. Sometimes they would hold handguns to the heads of some of the crew, mainly Filipinos. I had little to do with them, although one of them came to my cabin one day and repeated that if there was a rescue attempt they would blow up the ship and kill us. 'They were twitchiest at night, when they feared a rescue attempt. Some would sleep on the deck while others roamed around. The worst night was when they were spooked by the lighthouse. Some new gunmen had come aboard and there were now about 25 of them. It was 9.30pm and I was in my cabin but I could hear the noise of men running around and shouting. We were rounded up at one end of the bridge and told to sit down. They decided they were being attacked and looked desperate. We were convinced someone was going to be injured or worse.  'Marek was trying to calm them, pointing out that it was a lighthouse. They weren't very professional. Eventually he persuaded a fat Somalian who spoke English that there was nothing on the radar. It calmed down but for a long time we thought someone was going to get killed.' After this, relations deteriorated. 'They picked on the Filipinos and were more aggressive in searching.' While the crew had enough food and water, the pirates preferred their own fare - live goats from the shore, which they slaughtered on deck. 'They would bring them on two at a time and after killing them they'd sling them over their shoulders and take them down to the cook who would make a goat curry.

'There was always an untethered goat or two roaming around the deck. 'Ironically, for pirates they weren't particularly hard - they were always pestering the chief officer, who controlled the medicines, for tablets for headaches, stomach pains and colds.

'They also had a strange approach to thieving. They gave back some Fillipino cash to one of the poorest crew members after someone pointed out, "He doesn't have much money, he's like you." On another occasion they ordered the Third Officer to give them his expensive watch and gave him a cheap imitation one in return --that they'd stolen from someone else. 'They came back the next day and made him adjust the good watch to Somali time as they couldn't work it.

'One pirate complained to the captain-that a coat he stole was too big and that he wanted another one. 'It was clear they had scant regard for human life. When one of the pirates accidentally shot himself in the arm they gave him no help. We bandaged him up and said he needed to get ashore, but they wouldn't let him.' By Christmas there was no sign of a deal. 'The day itself was pretty awful. We were thinking constantly of our homes and families. We shared a box of chocolate biscuits and later turkey but it was pretty sombre. The only treat came when we were allowed on deck for the first time to go fishing. We caught snapper and grouper. 'We asked to ring home on Christmas Day but they wouldn't let us. It was disappointing, but we weren't going to beg them. Not for that or anything. They would play on that weakness.'  Negotiations, often tense, continued daily between the pirates and the shipping company. The crew sensed a breakthrough on December 27.

'Their attitude changed. They seemed more relaxed and happy and we were allowed to phone home.' By January 3 the deal was struck. A few days later the entire crew were assembled on deck so they could be counted by a pilot in a light aircraft, from which half the cash, in US dollars was dropped by parachute. 'It was 8am, we were all at one end of the deck and the pirates were hiding under the pipes. The pilot did a once round fly-past then gained speed and the parachute dropped.

'It was a pink capsule which landed out at sea. The pirates picked it up in their boat. Marek was taken to the main pirate's cabin where he helped count it. The rest of the cash came in another drop six hours later.

The pirates went to the cabin one by one to get their share. By evening the majority had gone, leaving only the senior men. We were getting excited about the prospect of leaving but then one boat load of pirates capsized, drowning five or six, and we feared reprisals.  'I went to bed that night seriously worried. But at 4am Marek phoned me from the bridge and said, "Peter, can you get your engine ready?" And I said, "Marek, that engine has bloody well been ready for 57 days."

When she fired up, that low thrumming noise was the sweetest sound I'd ever heard.' The times of the most significant events of that last day are etched in Peter's memory. He remembers the last eight pirates departed at 5.34am and Marek ordered the ship to set sail at 6.42 am. 'I can't remember there being a cheer, but there were smiles. We thought there is a God after all. I rang Hazel. I just said, "Hello, we're free". I was only on for a minute as others were clamouring for the phone.'

The ship headed back to Fujairah in the United Arab Emirates, from which it had originally set sail. 'The only sticky moment was when we came across some small fishing boats and dhows which made us nervous. We thought of pirates once again.'

The crew were taken ashore on January 20 for medicals before a reunion in the Crown Plaza Hotel in Dubai.  'Hazel was there, but Amy couldn't be there, she was doing A-level exams.'

Hazel said: 'I really didn't know whether Peter would ever be coming home. It could have gone either way. I knew I just had to keep a level head. Staying calm helped me get through.'  Surprisingly, Peter believes arming ships and crews will not stop piracy.  'Once you arm crew the whole game changes. Pirates will step up their own weapons and come aboard all guns blazing. Armed protection of convoys are one way to tackle it.'

Peter received no payment for this interview. Instead, a donation has been made to the British and International Sailors Society and The Seafarer's Centre, Stockton on Tees.


PIRATERIE AU LARGE DE LA SOMALIE : Parachutes dorés et faux billets AFP Nairobi 12 Janvier 2009

Le versement des rançons aux pirates somaliens, parachutées à bord même du bateau capturé ou plus traditionnellement contenues dans des valises transitant par les capitales d’Afrique de l’Est, réserve parfois de bien mauvaises surprises pour ces flibustiers modernes. NAIROBI - Lorsque le superpétrolier saoudien Sirius Star a été relâché vendredi, les quelque huit semaines de prise d’otage ont pris une tournure désastreuse pour une partie des pirates : six d’entre eux se sont noyés lorsque leur embarcation a chaviré, et avec eux une partie de la rançon a disparu. "Leur petite embarcation était surchargée et allait trop vite (...) Les rescapés nous ont dit qu’ils craignaient une intervention d’une des marines étrangères pour tenter de les interpeller", a expliqué le chef de ce groupe de pirates, Mohamed Said. Les pirates somaliens, essentiellement d’anciens pêcheurs et garde-côtes, ont mené plus de cent attaques de navires en 2008, entraînant le déploiement de nombreux bâtiments de guerre étrangers dans la région. Selon plusieurs pirates, la rançon versée pour la libération du Sirius Star, leur plus belle prise à ce jour, s’élève à trois millions de dollars (2,3 millions d’euros). "Le gros de la rançon a été payé à terre mais la part des pirates qui étaient encore à bord, a été parachutée par un petit avion", a expliqué une source proche des négociations. La marine américaine, présente dans la zone, a diffusé des photos montrant un petit parachute à l’aplomb du Sirius Star, d’une superficie équivalente à environ trois terrains de football. Selon des habitants sur place, le corps d’un des six pirates a depuis été retrouvé sur la côte, avec 150.000 dollars (111.360 euros) dans les poches. Les pirates somaliens exigent le paiement des rançons en liquide, pour éviter toute trace, avec le risque certain de se voir remettre de la fausse monnaie. Le Ponant, un trois-mâts de luxe français capturé en avril 2008, demeure ainsi gravé dans les mémoires des pirates somaliens comme l’un de leur pire souvenir. Non seulement des troupes d’élite françaises étaient intervenues à terre juste après le versement de la rançon et avaient arrêté six pirates présumés. Mais, selon plusieurs hommes d’affaires du nord-est de la Somalie ayant requis l’anonymat, une partie de la rançon de 1,2 million de dollars (890.882 EUR) comprenait des faux billets. "Je voulais conclure une affaire avec l’un des pirates (du Ponant) et j’ai vu que les billets étaient contrefaits. Dans une liasse, tous les billets avaient le même numéro de série", a-t-il relaté. Depuis ces mésaventures, les pirates ont pris des mesures : ceux du Sirius Star disposaient ainsi d’une machine à compter les billets et d’un détecteur de faux billets. De même, ils n’acceptent que des billets de 100 et 50 dollars et ont des préférences pour certaines années de fabrication. "Ils ne prendront pas de billets de 100 dollars de 1996 et ils essaient aussi d’éviter les billets très récents, de peur qu’on ne remonte leur trace plus facilement", a expliqué une source somalienne impliquée dans plusieurs négociations. Quant au montant de la rançon, objet d’âpres débats entre pirates eux-mêmes, il prend le plus souvent en considération les frais engagés pendant la prise d’otage : nourriture à bord, fuel pour le générateur, sacs de khat (une plante euphorisante) pour les pirates et cigarettes pour l’équipage. La plupart de ces achats seront couverts par des hommes d’affaires locaux qui "investissent" sur un groupe de pirates. "Ils paieront pour la nourriture et les cigarettes, ils avanceront également les frais des proches des pirates, en espérant recevoir une récompense lorsque les gars reviendront à terre avec l’argent de la rançon", explique cette source somalienne.


A qui profitent les rançons et le crime ? Par PAR AMADOU FAL : Le Soleil (Dakar) 12 janvier  2009

La route maritime au large de la Somalie est la plus dangereuse au monde. Une centaine de bateaux y ont été attaqués et capturés, en 2008. Ils ne sont libérés qu’après paiement de rançons astronomiques, comme les trois millions de dollars versés vendredi à des pirates pour que le « Sirius Star », un supertanker saoudien tombé dans leurs filets deux mois plus tôt, reprenne la mer. Pourquoi ces actes de piratage et à qui profite le crime ? Comme sur la côte atlantique, des milliers de bras valides s’enfuient de la pointe orientale de l’Afrique, au péril de leur vie, dans les tumultes de l’Océan indien, à la recherche d’un hypothétique Eldorado. Ceux qui restent sont également de plus en plus nombreux à écumer les eaux au large de la Somalie, par des actes de piraterie à l’encontre des bateaux qui passent par cette voie de navigation commerciale hautement stratégique pour les Etats-Unis, l’Europe, la Chine, le Japon et l’Inde. Ces attitudes extrêmes ont pour dénominateurs communs le chaos politique, l’état de guerre, une situation économique désastreuse et la misère qui prévalent dans la Corne de l’Afrique, en Somalie plus particulièrement, depuis une vingtaine d’années. De la chute de l’autocrate Mohamed Syad Bare en 1991 à la récente démission du président Abdullahi Yusuf Ahmed, en passant par le règne des seigneurs de la guerre, l’éphémère régime de l’Union des Tribunaux islamiques et l’invasion éthiopienne sous la férule américaine, la Somalie demeure le théâtre de violences meurtrières, de crises majeures qui paralysent ses institutions et enfoncent sa population dans une situation humanitaire catastrophique. GUERRES INTESTINES ET EXACERBATION DE LA PAUVRETÉ Pratiquée naguère, à très faible échelle, par quelques pêcheurs, la piraterie a pris de l’ampleur avec l’évanescence de l’Etat de droit, les guerres intestines et l’exacerbation de la pauvreté, en grande partie par la faute des puissances occidentales en rude compétition pour l’accaparement des ressources de cette partie du continent noir. Leurs bateaux de pêches ont quasiment raclé ses eaux naguère abondamment riches en thon, au grand dam des pêcheurs locaux. Cette concurrence déloyale ne leur suffisant pas, elles ont immergé d’énormes quantités de déchets toxiques le long de ses côtes, comme en atteste un rapport du Programme des Nations Unies pour l’Environnement, intitulé « Après le tsunami - Une évaluation environnementale préliminaire ». Ce sont en effet les répliques du tsunami qui avait ravagé les côtes asiatiques en décembre 2004 qui mirent à nu cette odieuse et meurtrière pollution naturellement favorisée par l’instabilité du climat politique et la guerre civile permanente en Somalie. Dans cette ambiance délétère, les rangs des pêcheurs désabusés qui ont lâché leurs filets pour se reconvertir dans la piraterie ont très rapidement été grossis par d’anciens éléments de la marine militaire somalienne, la plupart aux ordres directs de seigneurs de la guerre qui ont élargi à la mer leur terrain de chasse. Armés de missiles anti-char, de mitrailleuses lourdes et de lance-roquettes, ces flibustiers des temps modernes utilisent de petits bateaux très rapides pour arraisonner les navires qu’ils attaquent pour les amener, avec leurs équipages pris en otage, des eaux internationales vers les eaux somaliennes, sous la coordination de navires amiraux de plus grande taille. S’en suit, à chaque fois, une demande de rançon. Durant l’année écoulée, quelque cent bateaux ont été attaqués de la sorte dans le golfe d’Aden, selon le Bureau Maritime International, un organisme en charge de la répression de la piraterie à travers le monde. Cette source signale qu’une quinzaine de navires sont toujours entre les mains des pirates, dont « The Faina », un bateau ukrainien transportant des chars de combat. Le superpétrolier saoudien « Sirius Star », avec ses deux millions de barils de brut, était du lot. Les pirates réclamaient 25 millions de dollars US pour sa libération. Ils l’ont relâché, le 9 janvier, contre trois millions de dollars. LA PIRATERIE N’EST JAMAIS UN ACTE ISOLE... A qui profitent le crime et les rançons ? Les pirates somaliens seraient, comme le font croire certains commandements militaires occidentaux, une couverture et une source de financement pour le terrorisme international lié à Al-Qaïda. Cela est dans l’ordre du possible. Mais alors, pourquoi les a-t-on laissé faire, jusque-là en toute impunité ? Il est paradoxal que les pirates aient pu, pendant des mois, voire des années, écumer les mers de la Corne de l’Afrique sans coup férir. Le fait que les navires de guerre des pays développés victimes de leurs exactions ne pouvaient, sans autorisation préalable, les poursuivre dans les eaux territoriales somaliennes dans lesquelles ils se réfugiaient après chaque coup, n’est pas suffisant comme explication. Il est en effet étrange que les Etats-Unis et ses alliés occidentaux, coalisés dans la lutte contre le terrorisme international et dont les navires de guerre quadrillent en permanence cette partie névralgique de la planète, n’aient jamais pu localiser et neutraliser en haute mer les bateaux amiraux des pirates, avec toute la technologie de guerre moderne à leur disposition au plan maritime, aérien et satellitaire. Il est bien plus plausible que leurs agissements soient « tolérés », en raison des intérêts occidentaux qu’ils peuvent servir. Historiquement, la piraterie n’a jamais été une entreprise criminelle isolée. Le flibustier Francis Drake ne fut-il pas au service de la reine Elisabeth 1er d’Angleterre pour la gloire et la fortune de qui il pillait les navires et les colonies espagnols et portugais ? Ce qui lui valu d’être anobli puis élevé au grade de vice-amiral. Aujourd’hui, il y a de très fortes chances qu’une infime partie des faramineuses rançons versées aux pirates somaliens reste dans le pays et que le gros du magot échoit dans les comptes bancaires de puissants commanditaires qui les arment et informent depuis Londres, New York, Hambourg ou Tokyo. La piraterie est également et surtout à situer dans le prolongement sur mer du désordre sociopolitique et économique entretenu sur le sol somalien, dans le cadre de la guerre acharnée que s’y mènent les pays industrialisés et aussi émergents, pour l’accaparement d’un pays pauvre mais riche en bauxite, cuivre, gaz naturel, pétrole et uranium. Il est d’autant plus convoité qu’il est à reconstruire et que sa position sur l’une des principales routes du pétrole est on ne peut plus stratégique. Le problème de la piraterie n’est point insoluble. L’on en viendrait à bout si les Etats-Unis et les autres puissances occidentales admettaient un pouvoir politique souverain en Somalie, un Etat qui serait maître de son intégrité nationale, de ses richesses intérieures et de son espace maritime. Cet Etat de droit ramènerait de l’ordre dans son armée en mettant un terme à la déperdition de ses hommes, rendrait à nouveau lucrative l’exploitation de ses eaux par les pêcheurs, tirerait de la valorisation de ses ressources naturelles le meilleur parti pour sa population. Marins de guerre et pêcheurs retourneraient à leur légitime occupation, cessant d’être les bras armés des forces intérieures et extérieures qui les utilisent. L’on s’en souvient, la dernière tentative visant à former une institution étatique digne de ce nom avait été entreprise, avec succès, par l’Union des Tribunaux Islamiques. Elle a été brisée en 2006 par les USA, par l’entremise de l’armée éthiopienne. Dans la parenthèse UTI, la piraterie avait pratiquement disparu des côtes somaliennes...


Somalie: le Sirius Star en route vers le large, six pirates morts noyés - samedi 10 janvier 2009  NAIROBI (AFP)

Le superpétrolier saoudien Sirius Star faisait route samedi vers le large de la Somalie au lendemain de sa libération par les pirates somaliens, qui ont perdu six des leurs dans l'opération, morts noyés dans le naufrage d'une embarcation qui a sombré avec une partie de la rançon. Le Sirius Star, propriété de Vela International Marine, filiale de transport maritime de la compagnie nationale saoudienne d'hydrocarbures Aramco, "fait actuellement route pour quitter les eaux territoriales somaliennes", a déclaré le ministre saoudien du pétrole, Ali al-Nouaïmi. Selon Vela, les 25 marins du pétrolier - capturé le 15 novembre dans l'océan Indien par des pirates - sont en bonne santé. L'équipage compte deux Britanniques, deux Polonais, un Croate, un Saoudien et 19 Philippins. Toujours en Somalie, un autre groupe de pirates a relâché un second navire de commerce, le Delight, cargo iranien battant pavillon de Hong-Kong chargé de 36.000 tonnes de blé et attaqué le 18 novembre dans le golfe d'Aden, a annoncé samedi la radio nationale iranienne, sans préciser si une rançon avait été payée aux pirates. Pour le Sirius Star, aucune indication n'a été fournie du côté saoudien sur le paiement d'une rançon aux pirates qui, selon des informations non confirmées, serait de l'ordre de trois millions de dollars. "Je ne peux pas commenter ce genre d'informations", a répondu à l'AFP un porte-parole de Vela. Conformément à leurs habitudes, les pirates somaliens - qui exigeaient à l'origine une rançon de 25 millions de dollars - ont été nettement plus loquaces sur le déroulement des opérations. Sans vouloir révéler le montant exact de la rançon, leur chef, Mohamed Said, a expliqué samedi à l'AFP qu'ils avaient perdu une partie du butin dans le naufrage - après la libération du pétrolier - d'une embarcation qui a coûté la vie à six bandits. "Six de nos gars ont péri en mer en revenant du supertanker saoudien" lorsque leur embarcation a chaviré, a-t-il raconté, joint au téléphone depuis Nairobi à Harardhere, repaire de pirates situé à 300 km au nord de Mogadiscio devant lequel le Sirius Star était ancré depuis sa capture. "La petite embarcation à bord de laquelle se trouvaient ceux qui sont morts et huit autres pirates qui ont survécu était surchargée et naviguait à grande vitesse car ils avaient peur d'être pris en chasse" par les forces de la coalition navale internationale antipiraterie, a-t-il ajouté, soulignant: "il y avait également 300.000 dollars à bord du bateau, que l'on n'a pas encore retrouvés". Selon Mohamud Aden, un habitant d'Haradheere, le naufrage est accidentel: "les pirates étaient fous de joie (avec la rançon) et assez effrayés de la présence de machines de guerre étrangères. Ils allaient trop vite". Le pétrolier, lancé en 2008 et d'une valeur de 150 millions de dollars, est chargé de deux millions de barils de brut, une cargaison estimée à l'époque de sa capture à 100 millions de dollars. La prise du Sirius Star, long de 330 mètres, est l'opération de piraterie la plus spectaculaire menée à ce jour au large de la Somalie. Une centaine de navires ont été attaqués en 2008 par les pirates somaliens, qui auraient perçu des rançons d'un montant total de quelque 120 millions de dollars. Environ 12% du commerce maritime et 30% du pétrole brut mondial transitent par le détroit de Bab el Mandeb, goulot d'étranglement entre la mer Rouge et le golfe d'Aden, au large des côtes somaliennes. Face à cette menace pour le commerce maritime mondial, l'Union européenne a lancé le 8 décembre la première opération navale de son histoire pour traquer les bandits des mers. Jeudi, les Etats-Unis ont annoncé à leur tour la création d'une nouvelle force multinationale pour lutter contre la piraterie au large de la Somalie.


Lloyd's List Sirius Star freed Rajesh Joshi - vendredi 9 janvier 2009

The Sirius Star was seized Kenya with 25 crew aboard. PIRATES were reported to have released the Saudi Arabian oil tanker Sirius Star today, ending the dramatic ship hijack saga that had captured the world’s imagination since November. A photo on the US Navy website today showed a parachute dropped by a small aircraft via a container, which the Navy said was an “apparent ransom payment”. News reports from Somalia, quoting from direct contact with the hijackers, said a ransom had been paid, with one report pegging the sum at $3m. If confirmed, this would be a substantial drop from the $25m that was previously demanded. However, Sirius Star operator Vela was silent through to press time today, and had not even confirmed the release to organisations such as the International Maritime Bureau. IMB director Pottengal Mukundan told Lloyd’s List that the bureau was in regular touch with Vela. Since the bureau could only act on direct information received from owners, he said he was constrained to neither confirm nor deny the reports as of Friday. “What we know is only what we have seen through the news reports,” Capt Mukundan said. “As far as we are concerned, the vessel is still there.” However, he added that it was quite customary for owners in similar circumstances to wait until the ship is “well and truly away” before making any pronouncements. “All our people have now left the Sirius Star. The ship is free, the crew is free,” pirate leader Mohamed Said told AFP from Haradheere. East African Seafarers’ Assistance Programme official Andrew Mwangura told Reuters: “The last batch of gunmen have disembarked from the Sirius Star. She is now steaming out to safe waters.” The Sirius Star was hijacked on November 17, 450 nautical miles southeast of Mombasa, well away from the Red Sea and the Gulf of Aden where the majority of incidents have taken place. The ship crew include Britons, Poles, Croats, Saudis and Filipinos. Maritime union Nautilus UK welcomed the news of the tanker. But the union said it had written to foreign secretary David Miliband calling for talks on the UK government’s policy on ship hijacking incidents and urging a review of international maritime security rules introduced following the 9/11 terrorist attacks.


The Guardian : Latitude 4.595N, longitude 48.085E: We find the hijacked Sirius Star ? 27 November 2008

Guardian satellite tracks down Saudi supertanker

The Guardian From a vantage point 423 miles above the Earth, the lawless waters of the Gulf of Aden appear tranquil and the 330-metre-long ship sitting low under a £68m cargo looks like a tiny green cigar floating on an inky ocean.

These pictures, taken by a satellite commissioned by the Guardian and hurtling over Africa at four miles a second, show the Sirius Star, the Saudi supertanker which 12 days ago became the biggest prize ever seized by the Somali pirates who have claimed the Gulf of Aden as their hunting ground. The images also reveal a triangle of ships, three of the 40 vessels to have been hijacked in Somali waters this year. Although not as vast as the Sirius Star, the Stolt Strength, the African Sanderling and the Yasa Neslihan are together home to 64 seafarers, two-thirds of them from the Philippines. With the taking of the Sirius Star and its 25-strong crew a little before 9am on November 15, the number of international seafarers floating in hijack limbo off the coast of Somalia rose to almost 300 and the issue of piracy surged to the top of news bulletins around the world.

The multinational composition of the crew - 19 Filipinos, two Britons, two Poles, one Croat and one Saudi Arabian - may have guaranteed global coverage, but the Sirius's sheer size and huge, precious cargo proved equally arresting. The ship, very nearly a third of a kilometre long from bow to stern, was carrying 2m barrels of oil from Saudi Arabia to the US, almost a quarter of the kingdom's daily oil production. And although the pirates who swarmed up the side of the supertanker may have halved their original ransom demand to $15m (£9.8m), the situation is no closer to a resolution.

The Guardian's satellite pictures, which were shot a week ago, showed the Sirius Star five miles off the coast at a latitude of 4.595N and a longitude of 48.085E. But on Sunday, the hijackers moved the ship further offshore, apparently after receiving threats from Islamic militants in Somalia who were angry that a Muslim-owned ship had been targeted. Two days ago the BBC spoke to a pirate on board the Sirius Star who said a ransom had not yet been set, adding that his men had not been contacted by the supertanker's owner. The pirate, who identified himself as Daybad, said the crew were being treated as "prisoners of war". He added: "We captured the ship for ransom, of course, but we don't have anybody reliable to talk to directly about it." The families of the seafarers aboard the other ships are still waiting for updates. Dr Fehmi Ulgener, a lawyer for the Turkish shipping company that owns the Yasa Neslihan, said the ship's 20 Turkish crew members were in good spirits. "They have no health problems but they are bored, although that is to be expected.

The company's personnel department is dealing with the crew's families and we are giving them information. At the moment, they are completely calm and are waiting for the good news," he said. Ulgener said the pirates who attacked the ship, which was laden with 77,000 tonnes of iron ore, had "popped up out of the blue" at midday on October 29. Like many others, he had no idea how long the hijacking would go on. "Our only source is the other examples, and so [the situation] could last for between 60 and 70 days," he said. The Panamanian company that took delivery of the African Sanderling just five months ago could not be reached yesterday. But a spokesman for Stolt-Nielsen, the Norwegian-Luxembourgeois company that charters the Stolt Strength, said he believed the ship's 23-strong Filipino crew were well despite their 17-day ordeal. "If there's any silver lining, it's that these pirates don't seem to be out to harm the crew," said Martin Baxendale. "It's purely a financial thing, but it's extremely distressing for the families of the crew. And although they're not setting out to hurt the crew, accidents do happen."

The company is all too familiar with Somalia's hijacking problem: 12 days ago, the crew of another of its ships, the Stolt Valor, was released after a hijacking that lasted more than two months. "In humanitarian terms, it's very unpleasant," Baxendale added. "The sooner we get them out the better." Two Western journalists, believed to be a Briton and a Spaniard, were kidnapped en route to the airport in the port city of Bosasso on Somalia's northern coast yesterday.

Copyright Guardian Newspapers Limited 2008


L'Express : La piraterie, une manne pour des ports oubliés de Somalie BOSASSO, Somalie 23 novembre 2008

Quand le jour se lève sur l'océan Indien, les camps retranchés des pirates somaliens s'animent. Les anciens décrochent leurs téléphones portables en sirotant un café serré pour prendre les dernières nouvelles des hommes en mer. Des navires de commerce ont-ils été détournés, des discussions sur les rançons conclues ? Et quelles nouvelles des navires de guerre occidentaux envoyés sur place pour faire la chasse aux "frères de la côte" du XXIe siècle ? La capture spectaculaire, la semaine dernière, d'un superpétrolier saoudien, le Sirius Star, le plus gros navire jamais détourné, chargé d'une cargaison de 100 millions de dollars, a braqué les projecteurs sur ce qui est aujourd'hui la seule activité industrielle en expansion dans la Corne de l'Afrique.

Les rançons versées par les compagnies pétrolières ou les propriétaires de navires ont transformé d'anciens petits ports de pêche misérables et oubliés du monde en stations certes encore modestes mais dont les hôtels en bord de mer accueillent une clientèle locale de "boucaniers" modernes qui ne regardent guère à la dépense.

Une telle situation a attiré des investisseurs venus de toute la Somalie. "On voit des 'pirates' qui n'ont jamais tenu une arme en main et ne sont jamais allés en mer... Mais ils sont propriétaires de bateaux qui leur rapportent des fortunes", explique par téléphone à Reuters Bachir Abdoulle, l'un des membres de ces gangs d'écumeurs des mers installé à Eyl, l'un des bastions de la piraterie comme le fut l'île de la Tortue au XVIIe siècle sous d'autres cieux. LA NOUVELLE FLIBUSTE Il y a à peine trois ans, les experts de la sécurité maritime estimaient à cinq seulement les bandes de pirates dans la région, regroupant difficilement une centaine de "flibustiers".

Aujourd'hui, les "gros bras" avides de se lancer à l'assaut des bateaux marchands seraient plus de 1.200. Pour certains spécialistes de la région, l'essor de cette piraterie trouve en grande partie ses racines dans le trafic ancestral et la contrebande endémique qui sévissent dans le golfe d'Aden, au large du Yémen, et rappellent les aventures du romancier français Henry de Monfreid au début du XXe siècle. D'autres experts expliquent cette explosion des détournements de navires par la colère d'anciens miliciens de la garde-côte, furieux de voir de chalutiers européens, notamment des thoniers, fondre sur la région pour piller illégalement les zones de pêche dans les eaux territoriales somaliennes. Certains évoquent même des déversements clandestins de déchets toxiques au large des côtes pour expliquer le ras-le-bol des populations locales. Mais au coeur du problème reste le système des rançons, qui selon les autorités kényanes aurait permis aux pirates d'empocher plus 150 millions de dollars cette année.

De nombreux jeunes hommes engagés dans les milices qui se disputent depuis près de vingt ans le pouvoir en Somalie ont préféré se tourner vers la piraterie, qui rapporte plus et présente relativement moins de risques. QUELS RAPPORTS AVEC LES ISLAMISTES ? Plus inquiétant, certains spécialistes de la région redoutent un rapprochement entre ces pirates et les militants islamistes qui contrôlent le sud du pays et espèrent reprendre prochainement le contrôle de la capitale, Mogadiscio.

Dans certaines régions, les pirates sont les seuls qui se permettent d'ignorer le couvre-feu nocturne imposé par les islamistes. Ces derniers, pour leur part, nient tout rapport avec les "flibustiers" et ont même promis de les contraindre à rendre le superpétrolier saoudien, leur reprochant de s'en être pris à un navire "musulman".

La Russie a proposé d'attaquer les bases logistiques des pirates à terre, notamment Eyl, mais l'Otan préférerait que l'initiative d'une telle opération vienne de pays africains. "Je sais que la piraterie, c'est mal, mais sans elle la vie ici ne serait pas possible", avoue Kadija Douale, une mère de quatre enfants qui vit à Eyl. Dans ce petit port de la province semi-autonome du Puntland, un kilo de khat, feuille d'arbuste connue pour ses vertus stimulantes et euphorisantes, se vend 65 dollars, contre 20 dollars ailleurs dans le pays, grâce à la demande croissante des pirates. Signe d'une discutable mais certaine expansion économique. Le Sirius Star, lui, se trouve au large du port de Haradheere, plus au sud. Avec Abdi Cheikh à Mogadiscio, version française Guy Kerivel


AFP : L'affaire du Sirius Star réveille le spectre du terrorisme maritime PARIS - 23 novembre 2008

D'une facilité déconcertante, l'abordage en très haute mer du supertanker Sirius Star par des pirates somaliens a réveillé le spectre du terrorisme maritime, rappelant la vulnérabilité de la marine marchande. De quoi donner des sueurs froides à bien des armateurs, assureurs et autres responsables de la sécurité maritime et de la lutte anti-terroriste. En 16 minutes chrono, le 15 novembre, une poignée de pirates armés de Kalachnikov et de lance-roquettes (RPG-7) rudimentaires sont parvenus à s'emparer d'un géant des mers et de sa cargaison: 300.000 tonnes de brut estimées à 100 millions de dollars, soit le quart de la production journalière de l'Arabie saoudite. Depuis, le Sirius Star croupit à l'ancre devant le port somalien de Harardere, un repaire de pirates. "L'affaire du Sirius Star est inquiétante", souligne Laurent Galy, professeur à l'Ecole de la marine marchande de Nantes (EMMN). Pour cet expert de la sûreté maritime, "elle peut montrer à d'autres qu'il est assez simple de mener ce genre d'opérations". Le gouvernement djiboutien a assimilé les actes de piraterie lancés depuis le territoire de la Somalie voisine à "une nouvelle forme de terrorisme" tandis que Riyad y voit un "démon qu'il faut éradiquer au même titre que le terrorisme". Les actions terroristes conduites en mer ne sont pas légion, mais elles ont frappé les esprits: l'Achille Lauro (un mort, en octobre 1985), l'USS Cole (17 morts, en octobre 2000), le pétrolier français Limburg (un mort, en octobre 2002), le Superferry 14 en baie de Manille (plus de 100 mort, en février 2004). Ecrivains et scénaristes se sont emparés du sujet. Dès 1979, l'auteur à succès britannique Frederick Forsyth imagine dans un de ses romans, L'Alternative du diable, le détournement d'un superpétrolier en Mer du Nord. "La réalité a rattrapé la fiction lorsque des pirates ont capturé le superpétrolier saoudien Sirius Star", écrivait mardi l'écrivain John Chadwell sur son blog ( Son roman raconte l'histoire d'un bateau chargé de gaz naturel liquéfié, utilisé comme arme de destruction massive. John Chadwell en a signé l'adaptation cinématographique, attendue l'an prochain sur les écrans américains. Les scénarios catastrophes ne manquent pas: du cargo bourré d'explosifs à l'immense marée noire provoquée par le sabordage d'un pétrolier en passant par le détournement d'un porte-conteneurs chargé de matières radioactives. "Pour un navire au long cours, il y a cinq points de passage quasi obligés à travers le monde: Gibraltar, Suez, Panama, le détroit de Malacca et celui d'Ormuz par lequel transite l'essentiel de la flotte pétrolière", remarque Laurent Galy. "S'attaquer à l'un d'eux, ce serait gravement perturber le transport maritime qui assure à lui seul 80% des échanges de marchandises dans le monde", ajoute-t-il. Pour autant, relève cet expert, "si le mode opératoire des terroristes peut être semblable à celui des pirates, les objectifs divergent: le pirate considère le navire et son équipage comme une marchandise, levier d'une sorte de négociation commerciale, tandis que le terroriste peut décider de le saborder ou de le détruire". Dans une étude publiée cette année ("La dimension maritime de la sécurité internationale"), la Rand corporation, célèbre centre de recherche stratégique américain, assure qu'il n'y a pas "pour l'heure, de preuve tangible" d'un lien entre piraterie et terrorisme dont "les objectifs restent foncièrement distincts". Destinée à l'US Air Force, l'étude avertit cependant: "des informations récurrentes font état d'extrémistes politiques embarquant à bord de navires en Asie du Sud-Est dans le but d'apprendre à les piloter pour rééditer en mer les attentats du 11 septembre". (©AFP / 23 novembre 2008 16h19)


Piraterie en Somalie : à qui profite le crime ? Ouest- France 22 novembre 2008

C'est une économie florissante. Depuis janvier, cent millions de dollars de recettes auraient profité aux pirates et, qui sait, aux islamistes. Quatre-vingt-quatorze bateaux attaqués depuis janvier au large des côtes somaliennes et dans le golfe d'Aden, trente-huit autres arraisonnés, dont dix-sept sont toujours aux mains des pirates ! Le phénomène a éclaté au grand jour depuis la fin de l'été. L'affaire du Ponant a sensibilisé la France. Le détournement, en septembre, d'un cargo ukrainien, le Faina, transportant trente-trois chars russes T 72, a mis en alarme toutes les chancelleries. L'attaque réussie, samedi dernier, contre le super-pétrolier saoudien Sirius Star, qui transporte 318 000 tonnes de brut estimées à 100 millions de dollars, achève de révéler l'ampleur du problème. Le transport maritime touché de plein fouet En pleine crise économique, le transport maritime est touché de plein fouet. Les assureurs augmentent leurs primes et considèrent désormais le golfe d'Aden « zone à risque de guerre ». Les armateurs sont contraints de modifier leurs plans de route. AP Moeller Maersk, le premier transporteur mondial de conteneurs, affirmait, jeudi, vouloir éviter désormais le canal de Suez. Économiquement, certains experts estiment à 100 millions de dollars les recettes de la piraterie, depuis janvier, essentiellement par l'écoulement des cargaisons saisies, le trafic d'armes et les rançons payées par les navires marchands. Certains pirates « vivent comme des nababs », explique un banquier égyptien spécialisé dans la lutte contre le blanchiment d'argent. Pour expliquer leurs actes, certains pirates dénoncent la « concurrence déloyale » des bateaux de pêche occidentaux. Il reste difficile de se contenter d'une telle explication. Le chiffre d'affaires et les modalités d'action de la piraterie plaident pour une autre lecture des faits. En apparence, c'est en mer que la bataille est livrée. Très organisés, très équipés, les pirates identifient leurs proies et mènent des raids jusqu'à 800 km des côtes somaliennes. Des liens avec les islamistes Stratégiquement, toutefois, c'est à terre qu'est la clef du problème. Plus précisément, en Somalie, théâtre, depuis l'effondrement de la dictature de Siad Barre, en 1991, d'une crise sans fin. L'absence totale d'État donne aux chefs de guerre les coudées franches et encourage toutes les dérives criminelles. Les services de renseignement occidentaux sont particulièrement inquiets du rôle joué par les tribunaux islamistes, soupçonnés d'être liés au réseau Al-Qaida. Le groupe radical al-Shabaab, qui vient de prendre le contrôle d'un port important au sud de la Somalie, affirme vouloir « repousser la piraterie hors du pays ». Toutefois, en 2005, Kofi Annan, numéro un de l'Onu, avait nommé un groupe de contrôle sur la Somalie, dirigé par Bruno Schiemsky, expert en armements. Interrogé cette semaine par la BBC, ce dernier est formel : des liens existent entre les pirates et certaines milices islamistes, notamment al-Shabaab. Fourniture de bases opérationnelles, utilisation de la piraterie pour acheminer des armes (trois chargements d'armes auraient été ainsi convoyés), création de camps d'entraînement le long des côtes où 2 500 jeunes Somaliens auraient été formés. L'un de leurs objectifs est de prendre le pouvoir en Somalie. Il n'est sans doute pas le seul.



Lloyd's List : Piracy could add $400m to owners' insurance cover costs Jerry Frank and David Osler - Thursday 20 November 2008

SHIPOWNERS struggling with plunging freight rates and vessel values could face additional insurance costs equivalent to $400m a year as a result of the piracy crisis off Africa. Security consultants BGN Risk today said there was every indication that this estimate would grow. The news came as industry giant AP Moller-Maersk confirmed it would re-route vulnerable vessels around the Cape of Good Hope and the UN Security Council today unanimously agreed a British plan to impose new sanctions against Somalia, including a call for the freezing of the financial assets of certain entities and individuals. BGN Risk based its figures on research conducted in the insurance markets a fortnight ago. BGN Risk partner Liam Morrissey told Lloyd’s List: “We talked to a range of insurers and brokers, and the impression is that this figure is set to rise and rise.” Shipowners operating in the region now face a host of difficult financial choices, ranging from extra fuel costs from re-routing to shouldering increased insurance costs, hiring onboard secuirty forces and loss of hire cover. London brokers and underwriters contacted by BGN gave a range of premium levels that translated into an average of around $20,000 per vessel per transit of the Gulf of the Aden. Mr Morrissey said that, with some 20,000 transits in the region per year, the $400m figure was indicative of the scale of extra insurance facing shipowners. Brokers are indicating a range of hull premium levels in a highly competitive market, with BGN basing its calculations on 0.05%-0.07% of hull value.

Last month, marine insurance brokers told Lloyd’s List that war policies not ammended to inclue risk of piracy were in the region of 0.025%. Other brokers contacted today gave a range of 0.03%-0.04% for war risks not including piracy to 0.065% for a transit with piracy cover. However, Lloyd’s Market Association senior manager Neil Smith voiced caution over the use of premium level estimates as indicators of the cost now facing shipping passing through the Gulf of Aden. Insurance costs range from vessel to vessel and voyage to voyage, and it is difficult to give an accurate and meaningful picture of the costs faced by shipowners, said Mr Smith. BGN Risk added that its figures did not include the mounting cost of ransoms, with some £30m paid out so far this year. Mr Morrissey said: “Companies wishing to safeguard their cargo should ensure they have the appropriate additional insurance cover. However, he added that shipping companies that are already squeezed by high fuel costs and stiff competition are failing to take out adequate special risk insurance. “This leaves their vessels, crew and cargo exposed in the very real event of an attack or hijacking attempt,” he adeed. Meanwhile, AP Moller-Maersk has confirmed that some of its ships will stop using the Suez Canal and instead re-route around the Cape of Good Hope, in light of the current piracy crisis in Somalia.

The move could add to the pressure for other operators to follow suit. Maersk subsidiary Svitzer and leading chemtanker player Odfjell have already adopted a similar policy, and Frontline, Wallenius, BW Gas and Euronav have all said that they are mulling the proposals. The implications for the shipping industry will be considerable, and will affect both transit times and tonne-mile demand. The development could also prove to be bad news for Egypt, which is heavily dependent on Suez Canal dues as a source of foreign exchange. A statement published by Maersk said: “Vessels without adequate speed or freeboard will for the time being avoid the Gulf of Aden and seek alternative routing south of the Cape of Good Hope and east of Madagascar. However, based upon availability of escorts, these vessels may join naval convoy transit in the Gulf of Aden. The additional UN measures, which are intended to strengthen the hand of the country’s weak UN-backed transitional government, purposely exclude money intended for basic expenses like food and medicine. The arms embargo in place since 1992 was reaffirmed.


AP : Des miliciens armés ont rejoint les pirates qui ont capturé le superpétrolier «Sirius Star». 21/11/2008

MOINS d'une semaine après la capture du Sirius Star, une bataille navale est-elle en train de se préparer au large de la Somalie ? Conscients de l'énorme impact international provoqué par leur spectaculaire attaque contre le superpétrolier saoudien, les pirates somaliens ont appelé des renforts pour protéger leur prise, qu'ils veulent négocier 25 millions de dollars. Une centaine de miliciens armés venus du centre du pays ont ainsi rejoint Xarardheere, le petit port de pêche où mouille le Sirius Star, au nord de Mogadiscio. En attendant l'issue de la médiation entreprise par la diplomatie saoudienne, les bandits des mers tentent d'empêcher une éventuelle intervention des marines étrangères. La communauté internationale a rapidement mobilisé les navires de guerre qui patrouillent depuis le début de l'automne dans la région : bateaux de l'Otan, bâtiments américains de la Task Force 150 engagés dans l'opération de lutte contre le terrorisme « Enduring Freedom » ou navires envoyés par différents pays comme la France, la Russie, l'Espagne, l'Inde ou la Corée du Sud. En attendant que l'opération de l'Union européenne « Atalanta » démarre, le 8 décembre, certains pays, notamment la Russie, ont annoncé qu'ils allaient envoyer des renforts. Très offensif, l'ambassadeur russe auprès de l'Otan, Dmitri Rogozine, a carrément affirmé que l'UE et l'Alliance atlantique devraient « lancer une opération terrestre pour éliminer les pirates ». L'explosion de la piraterie dans le golfe d'Aden, jugée « incontrôlable » par le Bureau maritime international (BMI), inquiète aussi les pays arabes, car elle risque d'entraîner une diminution du trafic. Déjà, deux gros armateurs, le norvégien Odfjell et le danois Moeller-Maersk, ont décidé de dérouter leurs bateaux par le cap de Bonne-Espérance, au sud de l'Afrique, une route plus longue et plus onéreuse, mais aussi plus sûre. Réunis d'urgence jeudi au Caire, les responsables des pays riverains de la mer Rouge se sont dits prêts à soutenir « toutes les options » pour lutter contre la piraterie. Quatre fois la France Les navires de guerre internationaux ne seront cependant jamais assez nombreux pour contrôler la zone d'action des pirates, grande comme quatre fois la France. « Vous pouvez avoir toutes les marines du monde déployant tous leurs navires là-bas, cela ne résoudra jamais ce problème », a prévenu le porte-parole du Pentagone, Geoff Morrell. Les États-Unis se sont démarqués de l'option militaire prônée par les Russes, préférant faire circuler un projet de résolution au Conseil de sécurité de l'ONU. « Il faut une approche globale de la communauté internationale en mer, sur les côtes, avec les gouvernements, en pensant au développement économique », a poursuivi Geoff Morrell. Tous les experts l'affirment : la clé du problème se trouve sur la terre, dans cette Somalie en proie au chaos depuis le début de la guerre civile en 1991. Une action musclée pour délivrer le pétrolier géant de ses ravisseurs ne réglera rien. Face à cette importante, mais chaotique, mobilisation internationale, le premier ministre somalien a rappelé hier que l'éradication de la piraterie dans la région était liée au rétablissement d'institutions somaliennes fortes.


TF1 : "L'Arabie saoudite est un pays musulman et détourner son navire est un crime plus grave que s'il s'agissait d'autres navires". 21/11/2008

Le cheikh Abdirahim Isse Adow, l'un des chefs des insurgés islamistes en guerre contre ce qu'il reste du pouvoir officiel somalien, a décidé de partir à la chasse aux pirates qui ont détourné samedi dernier le Sirius Star, un superpétrolier saoudien. "Haradheere (ndlr : l'un des repaires des pirates, où se trouverait actuellement le navire) est sous notre contrôle et nous devons faire quelque chose pour ce navire", a-t-il ajouté. Ces insurgés ont-ils transformé leurs paroles en acte ? Un notable de la ville, interrogé par Reuters, confirme. "Les islamistes sont arrivés en cherchant où se trouvent les pirates et le navire saoudien. J'ai vu quatre véhicules bondés d'islamistes, circulant à travers la ville", affirme-t-il. 25 millions de dollars de rançon ? Ces islamistes sont en guerre contre le gouvernement de transition et ses alliés éthiopiens depuis deux ans. Ils lancent presque chaque jour des opérations de guérilla dans Mogadiscio et contrôlent la majeure partie du sud de la Somalie. Leurs leaders démentent toute collusion avec les pirates et assurent qu'ils réprimeront la piraterie s'ils reviennent au pouvoir. A cet égard, ils rappellent qu'ils avaient réprimé ce phénomène lorsqu'ils ont été brièvement au pouvoir dans le Sud somalien, en 2006. Des experts battent en brèche ces grandes proclamations et estiment que les islamistes tirent parti de l'activité de piraterie et des livraisons d'armes facilitées par les pirates. Selon la presse, les pirates réclament 25 millions de dollars pour restituer le Sirius Star, dont la valeur de la cargaison pétrolière avoisine les 100 millions de dollars.


AFP : Somalie: les pirates du superpétrolier protègent leur prise 20/11/2008 MOGADISCIO

Les pirates somaliens à bord du superpétrolier saoudien Sirius Star ont renforcé vendredi leur dispositif défensif autour du bateau, en amenant des miliciens dans le port pour protéger une prise quasi-miraculeuse qu'ils entendent négocier 25 millions de dollars. Une centaine de miliciens armés ont convergé depuis jeudi sur Harardere, un petit port de pêche situé à environ 300 km au nord de Mogadiscio où le supertanker est ancré depuis mardi. "Le bateau est toujours ancré au même endroit et des petites embarcations viennent le ravitailler", a rapporté vendredi à l'AFP un pêcheur, Osman Moalim Nur. La capture samedi du Sirius Star, long de 330 mètres et renfermant dans ses cales 300.000 tonnes de pétrole, est l'opération de piraterie la plus spectaculaire menée au large de la Somalie et pourrait s'avérer la plus lucrative. "Nous demandons 25 millions de dollars aux propriétaires saoudiens du pétrolier. Nous ne voulons pas de discussions qui s'éternisent pour régler cette affaire", avait déclaré jeudi un des pirates, Mohamed Said, joint au téléphone, à bord du Sirius Star, par l'AFP. "Les Saoudiens ont dix jours pour satisfaire" cette demande, "sinon nous agirons d'une manière qui pourrait être désastreuse", avait-il averti, sans autre précision. En attendant l'expiration de cet ultimatum, les pirates s'efforçaient vendredi de prévenir toute velléité d'intervention armée de marines étrangères croisant dans la région, ou de groupes armés opposés aux pirates. "Les combattants sont venus de Galgudud et de Mudug", deux régions de Somalie centrale situées non loin d'Harardere, a déclaré à l'AFP un habitant Mohamed Awale. "Certains sont dans la localité et les autres se sont installés dans un village voisin et peuvent être mobilisés en cas de besoin", a-t-il ajouté. "D'autres miliciens sont attendus pour soutenir leurs frères", a pour sa part expliqué un autre habitant, Abdulkadir Mohamed. Revenant vendredi sur de précédentes déclarations, le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Saoud al-Fayçal, a dit ne pas savoir si les propriétaires du Sirius Star négociaient avec les pirates et s'est déclaré hostile à toute discussion avec ces derniers, qualifiant la piraterie maritime de "démon qu'il faut éradiquer au même titre que le terrorisme". Selon le Bureau maritime international (BMI), 94 bateaux ont été attaqués par des pirates somaliens depuis janvier. Trente-huit navires ont été détournés dont 17 sont toujours aux mains des pirates avec 250 membres d'équipage. Plusieurs pays ont déjà dépêché des navires de guerre au large de la Somalie pour lutter contre les bandits des mers mais ces derniers, s'appuyant notamment sur leur rapidité d'action, ont multiplié leurs prises avec une facilité déconcertante. Ainsi, les pirates somaliens à bord de deux embarcations rapides n'auront eu besoin que de 16 minutes pour s'emparer samedi du Sirius Star, utilisant de simples grappins pour monter à l'abordage. Face à cette recrudescence d'attaques perturbant l'une des principales routes maritimes mondiales, la communauté internationale continuait de se mobiliser. Les Etats-Unis ont ainsi fait circuler au Conseil de sécurité de l'ONU un projet de résolution visant à renforcer encore l'action internationale contre les pirates somaliens. La Russie, dont le navire de guerre l'Intrépide patrouille déjà dans la zone, a annoncé jeudi l'envoi d'autres bâtiments de guerre dans la région, une approche militariste prônée par l'une des plus importantes compagnies maritimes du secteur. "Je pense que c'est la seule solution", a déclaré à l'AFP Martin Jensen, un dirigeant de la compagnie Frontline, qui possède l'une des plus grosses flottes mondiales de pétroliers. La marine russe a également annoncé que l'Intrépide escortait actuellement neuf bateaux au large de la Corne de l'Afrique. De son côté, le Premier ministre somalien, Nur Hassan Hussein, a une nouvelle fois tenté jeudi de renverser le problème, conditionnant l'éradication de la piraterie au rétablissement d'institutions somaliennes fortes, avec l'aide de la communauté internationale


XINHUA Le Kenya veut organiser une conférence internationale sur la piraterie NAIROBI, 21 novembre 2008

Le gouvernement kenyan a annoncé vendredi son intention d'organiser une conférence internationale consacrée à la piraterie qui règne près de la côte somalienne. Le ministre des Affaires étrangères, Moses Wetangula, a averti que les multiples pirateries dans le golfe d'Eden et au large de la Somalie ont pris de dangereuses proportions. "La piraterie accrue est une entreprise criminelle majeure internationale qui nous a tous affectés", a fait savoir M. Wetangula lors d'une réunion des envoyés étrangers à Nairobi. "Nous envisageons une conférence internationale pour discuter des façons de combattre la piraterie dans cette région", a-t-il laissé entendre. Le ministre a appelé à une coordination planétaire en réponse à la piraterie, arguant que l'insécurité en Somalie a servi de terreau pour la survie de ce fléau. "Notre échec collectif pour résoudre l'anarchie en Somalie a transformé le pays en terreau de la piraterie. Les navires étrangers évitent maintenant le canal de Suez, la plus courte voie de navigation, en raison de la piraterie le long de la côte somalienne", a-t-il déploré. "En l'absence d'une démarche coordonnée au sein de la communauté internationale, il sera très difficile de combattre la piraterie en Somalie", a souligné M. Wetangula. Le chef de la diplomatie a réaffirmé le principe de son pays de ne pas se plier aux demandes de rançon des pirates, en échange de la libération des navires pris le long de la côte. "J'ai été informé du fait que 150 millions de dollars à titre de rançon ont été payés aux pirates somaliens durant les quatre derniers mois. Le gouvernement kenyan et le peuple du Kenya ne soutiennent pas et ne soutiendront jamais le paiement de rançons aux criminels, car cela ne fait que les encourager à faire ce qu'ils font", a martelé le ministre. La dernière augmentation d'actes de piraterie a replacé au coeur de l'attention internationale les conflits à l'intérieur de la Somalie. Au début du mois, le gouvernement somalien a reconnu qu'il se trouvait au bord de l'effondrement, les militants issus du régime déchu des tribunaux islamiques s'en étant pris à Mogadiscio. Depuis le début de l'année, les pirates ont attaqué des dizaines de navires, empochant plusieurs millions de rançons. La semaine dernière, le superpétrolier saoudien, Sirius Star, avec à son bord 300.000 tonnes de brut pour une valeur de 100 millions de dollars a été piraté au large de la Somalie. Le navire compte un équipage de 25 membres, dont 19 Philippins, deux Britanniques, deux Polonais, un Croate et un Saoudien.


AFP : Superpétrolier saoudien: les pirates réclament 25 millions de dollars 20/11/2008 NAIROBI

Les pirates somaliens qui ont capturé le superpétrolier saoudien Sirius Star, ancré depuis mardi en face d'un port de Somalie, ont annoncé jeudi à l'AFP réclamer une rançon de 25 millions de dollars sous dix jours pour relâcher le navire et son équipage. "Nous demandons 25 millions de dollars aux propriétaires saoudiens du pétrolier. Nous ne voulons pas de discussions qui s'éternisent pour régler cette affaire", a déclaré un des pirates, Mohamed Said, joint à bord du Sirius Star au téléphone depuis Nairobi. "Les Saoudiens ont 10 jours pour satisfaire" cette demande, "sinon nous agirons d'une manière qui pourrait être désastreuse", a ajouté le pirate sans autre précision. Les pirates ont capturé samedi le superpétrolier, chargé de deux millions de barils de brut, soit l'équivalent de 300.000 tonnes de pétrole. Le bateau est ancré depuis mardi devant un de leurs repaires, le petit port d'Harardere, à 300 km au nord de Mogadiscio. Mercredi, le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Saoud al-Fayçal, avait indiqué que les propriétaires du superpétrolier "négociaient". "Je sais que les propriétaires du pétrolier négocient. Nous n'aimons pas négocier avec les terroristes ou avec les preneurs d'otages. Mais les propriétaires du pétrolier sont les arbitres en dernier lieu de ce qui se passe là-bas", avait expliqué le ministre. La capture du Sirius Star, long de 330 mètres et dont la cargaison vaut environ 100 millions de dollars, est l'opération de piraterie la plus spectaculaire menée au large de la Somalie. Des responsables de pays arabes riverains de la mer Rouge se sont réunis jeudi au Caire pour étudier les moyens de lutter contre la piraterie au large de la Somalie, l'Egypte ayant affirmé que "toutes les options" étaient sur la table. La réunion, à laquelle assistent des responsables égyptiens, jordaniens, saoudiens, soudanais et yéménites, "vise à promouvoir la coordination entre les pays arabes riverains de la mer Rouge", a déclaré le porte-parole du ministère égyptien des Affaires étrangères, Hossam Zaki, cité par l'agence égyptienne Mena. "Le phénomène menace la navigation dans la mer Rouge, et amène certains bateaux à choisir d'autres routes", a-t-il ajouté. "Toutes les options sont sur la table" pour endiguer cette menace, a-t-il dit. Selon les chiffres du Bureau maritime international (BMI), 94 bateaux ont été attaqués par des pirates somaliens dans l'océan Indien et le golfe d'Aden cette année, --un phénomène en forte hausse-- et 39 ont été saisis par les pirates, a précisé le porte-parole du Pentagone. Plus nombreuses, les agressions ont aussi lieu plus loin, en haute mer. L'attaque la plus spectaculaire jamais menée dans la région a eu lieu au cours du week-end dernier contre un superpétrolier saoudien à plus de 450 milles nautiques (800 km) au sud-est de Mombasa (Kenya). Par ailleurs, la Russie va envoyer d'autres navires de guerre patrouiller dans les eaux près de la Somalie, afin de lutter contre la piraterie, a indiqué jeudi le commandant en chef de la marine russe. "Après l'Intrépide, d'autres navires de la marine russe vont se diriger vers la région", a indiqué l'amiral Vladimir Vyssotski, cité par l'agence Ria Novosti, en allusion à un bateau dépêché dans cette région en septembre. "C'est nécessaire en raison de la situation qui s'est développée à proximité de la Corne de l'Afrique et dans le golfe d'Aden, où les pirates somaliens ont considérablement accru leurs activités", a-t-il ajouté.


AFP : Pirates somaliens: 16 minutes pour s'emparer du Sirius Star, un géant des mers 20/11/2008

Les pirates somaliens n'ont eu besoin que de 16 minutes pour s'emparer samedi du Sirius Star, le superpétrolier saoudien désormais ancré devant le port de Harardere, au nord de Mogadiscio, selon un document d'une source militaire, obtenu par l'AFP. Le Sirius Star croise samedi en mer d'Arabie, à 480 milles nautiques (890 km) au sud-est de Mogadiscio et plein est par rapport au port kényan de Mombassa, lorsqu'il est pris en chasse par deux embarcations de pirates. A 06h48 GMT précises, une des embarcations avec quatre hommes armés à son bord parvient à se placer le long de la gigantesque coque du pétrolier qui navigue sous pavillon de complaisance libérien. Lesté par deux millions de barils de brut, soit 319.000 tonnes, le navire de la Saudi Aramco qui répond à l'indicatif "A8NA7" ne présente qu'un franc-bord (la distance entre la ligne de flottaison et le pont principal) de quelques mètres. Long de 332 mètres et doublement handicapé par une capacité de manoeuvre et une vitesse limitées, il constitue une proie de choix pour les pirates. De simples grappins lancés par-dessus bord suffisent pour le prendre à l'abordage. Dix-sept minutes plus tard, à 07H04 GMT, l'état-major des forces navales britanniques à Bahreïn (United Kingdom's Maritime Component Command, UKMCC) rapporte que le bateau a été pris d'assaut et que des pirates sont à bord. Le même jour, à 15H34 GMT, le Bureau des opérations commerciales maritimes britanniques, basé à Dubaï (United Kingdom Maritime Trade Organisation, UKMTO), indique qu'ils sont au nombre de dix, armés de kalachnikov et de RPG (lance-roquettes). Selon cet organisme, les assaillants ont fait ralentir le Sirius Star pour permettre à d'autre pirates de monter à bord. Le bateau semble alors faire route vers Raas Cusbaad, au sud d'Hobyo, autre repaire des pirates somaliens. Les pirates tiennent en respect les 25 membres d'équipage: 19 Philippins, deux Polonais, deux Britanniques, un Croate et un Saoudien. Selon certains renseignements, le Sirius Star a été vraisemblablement attaqué par le même groupe qui s'en était pris la nuit précédente à un autre navire, le TS Colombo. Le Bureau maritime international (BMI) évoque 94 bateaux attaqués par des pirates somaliens dans l'océan Indien et le golfe d'Aden cette année, un phénomène qui a connu une croissance exponentielle ces derniers mois. Parmi ces navires, 39 ont été saisis par les pirates, a précisé le porte-parole du Pentagone. Mais le Sirius Star constitue une première à double titre: jamais les pirates somaliens n'avaient osé s'en prendre à un navire d'une telle dimension et jamais ils ne s'étaient attaqué à la route empruntée par ce superpétrolier. Partant du Golfe vers le cap de Bonne Espérance, elle constitue une voie majeure d'approvisionnement pour l'Europe et les Etats-Unis


AFP : Les actes de piraterie au large de la Somalie devenus "incontrôlables" 19/11/2008

Selon le BMI, depuis janvier, 94 bateaux ont été attaqués par des pirates au large de la Somalie et dans le Golfe d'Aden, par lequel transite 7 % de la consommation pétrolière mondiale. 38 navires ont été saisis dont 17 sont toujours aux mains des pirates avec 250 membres d'équipage. La communauté internationale doit intervenir pour enrayer les actes de piraterie au Somalie qui se sont multipliés de façon exponentielle et "incontrôlable", a averti mercredi le Bureau maritime AFP - Le Sirius Star, capturé samedi 15 novembre international (BMI). Quelque 7 % de la consommation pétrolière mondiale a transité par le Golfe d'Aden en 2007, selon la Lloyd's Marine Insurance Unit. Si les pirates interviennent plus loin au large des côtes somaliennes, la proportion affectée devient encore plus importante. "La situation est déjà devenue incontrôlable", a estimé Noel Choong, directeur du Centre d'observation de la piraterie du BMI basé à Kuala Lumpur. "Les Etats-Unis et la communauté internationale doivent trouver la parade pour mettre fin à cette menace", a-t--il ajouté. Sans quoi, "en l'absence de dissuasion, avec des risques faibles et la perspective de gains élevés pour les pirates, les attaques vont continuer", prévient-il. Cet avertissement survient après la spectaculaire attaque ce week-end du Sirius Star; un super-pétrolier, dans l'Océan Indien à plus de 450 milles nautiques (800 km) au sud-est de Mombasa (Kenya). Le chef d'état-major interarmées américain, l'amiral Michael Mullen, s'était lui-même déclaré "surpris" mardi par le rayon d'action des pirates: "Ils sont bien armés. Tactiquement, ils sont très bons", a-t--il estimé. La prise de contrôle du mastodonte, trois fois plus grand qu'un terrain de football et trois fois plus lourd qu'un porte-avion, est l'opération de piraterie la plus spectaculaire jamais menée. "Nous assistons à une nouvelle génération d'attaques. Nous sommes très préoccupés par le fait que ces pirates peuvent porter leurs attaques de plus en plus loin", a ajouté Noel Choong. Les pirates somaliens qui détiennent le superpétrolier saoudien réclament une rançon pour relâcher le navire et son équipage, a annoncé mercredi sur Al-Jazira un homme présenté par la chaîne qatarie comme l'un des pirates. Depuis l'audacieuse capture du superpétrolier Sirius Star, ancré depuis mardi en face d'un port de Somalie, des pirates somaliens se sont emparés de trois nouveaux bateaux. Un chalutier thaïlandais, un cargo immatriculé à Hong-Kong et un vraquier grec ont été pris mardi au large de la Somalie, dans le golfe d'Aden. "Nous assistons à une nouvelle génération d'attaques. Nous sommes très préoccupés par le fait que ces pirates peuvent porter leurs attaques de plus en plus loin", a expliqué Noel Choong. Selon le BMI, depuis janvier, 94 bateaux ont été attaqués par des pirates au large de la Somalie et dans le Golfe d'Aden. 38 navires ont été saisis dont 17 sont toujours aux mains des pirates avec 250 membres d'équipage. Ces attaques constituent un défi pour la force maritime internationale censée protéger le trafic marchand dans cette partie du monde. La force navale anti-piraterie, surtout de l'Otan, déployée dans la zone est censée prévenir ce genre d'attaques, très lucratives pour la Somalie, un pays livré au chaos depuis le début d'une guerre civile en 1991.


AFP : Sirius Star: juridiquement "il appartient à la Somalie d'agir" NANTES (France) 18/11/2008

Michel Quimbert, expert en droit maritime et membre du Conseil supérieur de la marine marchande, estime qu'"il appartient à la Somalie d'agir" contre les pirates qui ont capturé un superpétrolier saoudien et l'ont ancré dans un port à 300 km au nord de Mogadiscio. Q: Du point de vue du droit international maritime, quel Etat peut intervenir contre les pirates ? R: "Etant donné que le bateau se trouve dans les eaux territoriales somaliennes, il appartient aux autorités de l'Etat riverain, donc la Somalie, de prendre toutes les dispositions nécessaires pour faire respecter le droit international terrestre ou maritime et faire cesser le trouble. L'Etat peut éventuellement se mettre en cheville avec l'Etat du pavillon du navire, mais c'est à lui d'agir. Q: L'Etat somalien peut-il le cas échéant demander la coopération d'un autre Etat pour agir par la force? R: Oui, l'Etat souverain est parfaitement libre de demander ou pas l'assistance d'un ou de plusieurs autres Etats, notamment pour qu'ils apportent leur concours technique. Q: Qui peut juger les pirates s'ils sont arrêtés ? R: Il y a plusieurs possibilités: ils peuvent être jugés dans l'Etat où le navire se trouve au moment de leur arrestation, en l'espèce : la Somalie. Ils peuvent aussi relever de l'Etat du pavillon qui a une compétence concurrentielle en la matière car on considère que le navire est un prolongement du territoire national. Cela peut également se faire dans l'Etat dont est originaire une des victimes. S'il y avait eu un marin français à bord, les pirates relèveraient de la Cour d'assises et même, comme c'est un acte de terrorisme, de la Cour d'assises spéciales. Mais cette juridiction n'existe que chez nous et il y a beaucoup d'Etats qui considèrent que les actes terroristes relèvent d'une cour militaire où la justice se montre souvent plus expéditive.


AFP : Le superpétrolier saoudien piraté ancré devant un port somalien 18/11/2008

Les pirates somaliens qui ont capturé dans l'océan Indien un superpétrolier saoudien, le Sirius Star, ont ancré mardi leur prise d'une valeur de quelque 250 millions de dollars au large d'Harardere, un de leur repaires, à 300 km au nord de Mogadiscio. La capture samedi 15 novembre de ce bateau, trois fois plus grand qu'un terrain de football et trois fois plus lourd qu'un porte-avion, est l'opération de piraterie la plus spectaculaire menée au large de la Somalie. Elle constitue un défi pour la force maritime internationale censée protéger le trafic marchand dans cette partie du monde. Dans le même temps, plus au nord, des pirates ont pris le contrôle d'un cargo hong-kongais, le Delight, chargé de 36.000 tonnes de blé, dans le golfe d'Aden, au large du Yémen, selon le Centre chinois de recherche et de secours maritimes. Il se dirigeait vers le port iranien de Bandar Abbas, avec un équipage de 25 personnes quand il a été pris d'assaut par les pirates. Long de 330 mètres et chargé de 300.000 tonnes de pétrole, d'une valeur d'environ 100 millions de dollars, le Sirius Star, avec 25 hommes à bord, est la propriété de la compagnie saoudienne Aramco. Mis en service le 8 avril, ce mastodonte d'une valeur de 150 millions de dollars, a été capturé en plein océan Indien, à plus de 450 milles nautiques (800 km) au sud-est de la ville de Mombasa au Kenya. "Le supertanker a été saisi le 15 novembre vers midi", a indiqué à l'AFP un porte-parole de la Ve Flotte, le lieutenant Nathan Christensen. L'opérateur du superpétrolier a assuré que la sécurité des membres de l'équipage --deux Britanniques, deux Polonais, un Croate, un Saoudien et 19 Philippins-- était sa priorité absolue, dans un communiqué publié sur le site internet de l'entreprise. "Notre première et plus importante priorité est la sécurité de l'équipage", a indiqué le Pdg de Vela International Marine Ltd, Salah B. Ka'aki, une filiale d'Aramco, basée à Dubaï. Auparavant, un conseiller du président de la région autoproclamée autononome du Puntland, Bile Mohamoud Qabowsade, avait annocé que le bateau était ancré près de Harardere, à 300 km au nord de Mogadiscio. "Ces gens (les pirates) sont de la région de Mogadiscio. Ils sont sortis en mer il y a dix jours avec trois vedettes rapides. C'est un groupe bien équipé et très organisé", a-t-il ajouté. Harardere est l'un des ports utilisés par les pirates somaliens pour garder les bateaux qu'ils ont capturés en attendant de recevoir les rançons qu'ils réclament pour relâcher navires et équipages. D'autres navires et équipages sont actuellement retenus en otages dans les ports de Eyl et de Hobyo, autre localités plus au nord de la capitale qui servent de base à différents groupes de pirates. Depuis début 2008, 92 navires ont été attaqués dans le golfe d'Aden et l'océan Indien par des pirates somaliens, dont 11 pour la seule période du 10 au 16 novembre, selon un dernier décompte du Bureau maritime international (BMI). Sur ces 92 navires, 36 ont été capturés par les pirates qui en détiennent actuellement 14 et leurs équipages, soit 268 marins, selon le BMI. Une force navale internationale anti-piraterie, surtout de l'Otan, déployée dans la zone est censée prévenir ce genre d'attaques, très lucratives pour un pays livré au chaos depuis le début d'une guerre civile en 1991. Elle doit être relayée en décembre par une opération de l'Union européenne. "Nous patrouillons une zone de 6,5 millions de km2, du Pakistan au Kenya. La zone est très grande (...) Nous ne pouvons être partout à la fois", a expliqué à l'AFP le lieutenant Nathan Christensen porte-parole de la Ve Flotte de la marine américaine, qui siège à Bahreïn. Le chef d'état-major interarmées américain, l'amiral Michael Mullen, s'est néanmoins dit "surpris" par le rayon d'action des pirates. Les pirates, a-t-il expliqué, sont "très bons dans ce qu'ils font". "Ils sont bien armés. Tactiquement, ils sont très bons". "Et une fois qu'ils sont parvenus au stade de monter à bord, il devient très difficile de les déloger, parce que, évidemment, ils ont des otages", a-t-il rappelé.


AP : Des pirates somaliens s'emparent d'un pétrolier saoudien / 17.11.2008

Des pirates somaliens se sont emparés d'un superpétrolier saoudien chargé de brut au large des côtes du Kenya, avec 25 membres d'équipage à son bord, a annoncé la marine américaine lundi. Il s'agit du plus grand navire détourné par les pirates somaliens à ce jour. Le détournement du Sirius Star s'est produit dans l'océan Indien, dans un secteur très au sud de la zone patrouillée par les navires de guerre internationaux dans le golfe d'Aden, une voie de navigation très fréquentée. Cette attaque est alarmante car elle montre la vulnérabilité de très gros navires et souligne les capacités d'action des pirates. Le Sirius Star transportait du pétrole brut lorsqu'il a été attaqué samedi, a déclaré le porte-parole de la Cinquième flotte de l'US Navy, le lieutenant Nathan Christensen. Le navire a été attaqué à plus de 450 miles nautiques au sud-est de Mombasa, au Kenya, selon la marine américaine. Le bateau battait pavillon du Libéria. L'équipage est composé de 25 membres, dont des ressortissants de Croatie, Grande-Bretagne, Philippines, Pologne et d'Arabie Saoudite. Un porte-parole du ministère britannique des Affaires étrangères a confirmé que deux ressortissants britanniques se trouvaient parmi les membres de l'équipage, sans pouvoir donner plus de détails. Selon le lieutenant Christensen, le pétrolier détourné se dirigeait vers le port d'Eyl (nord-est de la Somalie), un fief des pirates où un certain nombre de navires capturés ont déjà gardés en attendant le versement de rançons pour leur restitution. Le Sirius Star, propriété de la compagnie pétrolière saoudienne Aramco, mesure 330 mètres et peut transporter jusqu'à 2 millions de barils de pétrole. "C'est le plus grand navire à avoir été détourné à notre connaissance", a noté le lieutenant Christensen. L'attaque s'est produite "beaucoup plus loin en mer" qu'à l'accoutumée, a-t-il précisé. Selon ce porte-parole de la Navy, le détournement du pétrolier marque un "changement fondamental" de la capacité des pirates à attaquer des navires marchands. AP


E - Cause du Sinistre



Piraterie en haute mer.




F - Coût du Sinistre



1 - Corps et Marchines :

USD 2 - Facultés  : USD 100 000 000 (valeur du pétrole au 15 novembre 2008).
3 - Assistance :


4 - Frais : USD 3 000 000 (Rançon)


G - Limitations de Responsabilité

Liability limits


1 - LLMC 1976 :

DTS 2 - LLMC 1996 : DTS
3 - CLC PROT 1992 :


4 -  CLC PROT 2000 : DTS
5 - PAL 1974 :

Sans Objet

4 - PAL PROT 2000 : Sans Objet


H - Sites web - Sources

Related websites - Sources : Flash Videos about the Sirius Star story



I - Documents & Rapports

Documents and reports




J- Photos










All Rights Reserved

If I have accidentally breached a copyright attaching to any of the photographs on this page, please e-mail me, and I shall remove the photograph immediately




K- Videos






If I have accidentally breached a copyright attaching to any of the photographs on this page, please e-mail me, and I shall remove the photograph immediately


L - Commentaires





NB : All the Information mentioned in this page are extracted from public and free access web sites or papers, magazines, etc. Our sources are mentioned. If any problem, please contact the webmaster.

Close the window


  Free counter and web stats