English (UK)Français (FR)

Newsletter

A Lire Ailleurs

fortunesdemer2
RT @TheLex100: “Shipping has its own special language” –Interview with Ince & Co’s Victoria Ogden: http://t.co/bWYrstcIFu @Incelaw
fortunesdemer2
Giant Pieter Schelte Arrives in Rotterdam http://t.co/nsbCeG2MFD #fortunesde mer #feedly
fortunesdemer2
Colloque la mer et l’image à l’École militaire http://t.co/TDX2NU6pPU
Follow fortunesdemer2 on Twitter

Calendrier

<< < septembre 2013 > >>
Lu Ma Me Je Ve Sa Di
            1
2 3 4 5 6 7
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30            

08 septembre 2013

Naufrage du MV SMART le 19 août 2013

MV SMART capsize Richards Bay 19082013 (33)Ce qui est arrivé au vraquier SMART est la hantise des autorités portuaires : Un naufrage devant l'entrée du port. Aussi impensable que celà puisse paraître, le navire a subi une avarie majeure sur sa structure quelques minutes à peine après avoir quitté le port de Richards Bay en Afrique du Sud, rempli de sa préciseuse cargaison de charbon.

Et il n'aura fallu que quelques heures, balloté par la houle, le vent, et les vagues, pour que le navire ne se brise net en deux parties, laissant hébaïs les spectateurs venus assister au déferlement des vagues sur les jetées.

Cet accident n'est pas rarissime pour les vraquiers. Il en est de nombreux qui se sont brisés net en plein océan et dont on n'a plus jamais entendu parler. Il faut reconnaître que les efforts supportés par les structures de ces navires, tant au chargement qu'en navigation, sont de nature à fatiguer le plus que de raison et accélerer son vieillissement.

Ce phénomène est également connu sur les portes-conteneurs, avec le récent exemple du MOL COMFORT, navire relativement jeune, et qui a sombré en mer d'Oman il y a quelques semaines après s'être brisé en deux parties.

Au delà de la fatigue des structures, ce nouveau naufrage pose également la question de la course à la rentabilité et aux économies. A l'image du TK BREMEN, le commandant a fait le choix de quitter le port de RICHARDS BAY alors que les conditions météorologiques n'étaient pas optimales et auraient pu justifier de décaler de quelques heures le départ, la houle et les vagues à la sortie du port étant suffisamment importantes pour mettre en péril la navigation et le navire (l'enquête confirmera ou infirmera ce point soulevé notamment sur le site "gcaptain" par un internaute (voir la citation en fin d'article).

Ce cas pose également la présence du pilote à bord, ce dernier semblant également avoir quitté le bord quelques minutes avant le naufrage.

Quoi qu'il en soit, Fortunes de Mer suivra également ce nouvel évènement au travers d'une nouvelle page (ici) et sur laquelle vous trouverez toutes les informations concernant ce navire et de nombreuses photos, cartes, etc...

Read more